Maîtrise tes datas dès le premier jour

Le growth-hacking sans datas c’est un peu comme jouer au foot sans ballon : c’est nul. Le growth-hacker vit une relation pour le moins particulière avec la donnée.

« Mes actions auront elles l’impact escompté ? »

« Pourquoi ça chute ici ? »

Tout growth-hacker se sera posé au moins une fois dans la journée des questions analogues.

Mais ne l’oublions pas, un growth-hacker est avant tout conscient de la puissance des processus bien huilés. Les outils arrivent ensuite.

Et c’est l’objectif de cet article : partager toutes les connaissances nécessaires pour mettre en place, dès le premier jour, un processus pour extraire et interpréter de manière sûre vos données. Les outils proposés ici sont uniquement gratuits. Ce ne sont pas forcément les plus performants sur le marché, pour un premier environnement data, ça devrait être suffisant.

Dans une première étape nous allons parler de Google Tag Manager qui est un gestionnaire de balises. C’est ici que nous incorporerons par la suite les différentes balises. En termes d’Analytics nous parcourrons Google Analytics & Mixpanel pour enfin terminer sur l’édition de dashboards via Google Data Studio.

Le lien vers l’infographie

Google Tag Manager

– Kevin* tu peux me mettre ce petit script dans le <head> du site s’il te plaît ?

– Non.

– Ok merci, t’es super !

On a tous eu ce genre d’échange avec son développeur (oui, beaucoup de bon dév’ s’appellent Kevin, c’est comme ça). En réalité si votre développeur ne daigne pas insérer votre misérable script vous n’allez pas pouvoir faire grand-chose.

Il vous reste une seule solution : le conjurer à genoux d’accéder à votre requête.

C’est ainsi que Google, dans sa grâce la plus aboutie, a proposé au monde de l’Internet : Google Tag Manager. GTM permet, en insérant deux petits scripts dans votre application, de piloter l’intégralité de vos balises. Ainsi vous n’aurez qu’à faire insérer dès le début de votre collaboration ces fameux scripts GTM et vous pourrez ajouter, modifier supprimer vos scripts secondaires depuis l’interface.

Fini les passes d’armes avec Kevin. Pfiou !

 

Mais GTM a d’autres côtés tout aussi pratiques.

Si vous voulez en savoir plus sur l’installation vous pouvez vous renseigner sur la documentation officielle : https://developers.google.com/tag-manager/quickstart

Variables

GTM identifie vos variables et vous permet de les communiquer entre différents services.

Par exemple, si votre formulaire renvoie first_name, last_name & email, vous allez pouvoir pousser ces informations à d’autres services tiers.

C’est très simple à réaliser et leur interface de débogage (mon Dieu quel mot affreux…) est vraiment optimale pour vérifier votre Data Layer (données envoyées à GTM).

Environnement

Cette fonctionnalité est vraiment intéressante car elle vous permet de découper votre écosystème en différents modules.

Imaginons que vous ayez :

  • Blog
  • Landing page (x4)
  • Site Web
  • Application

Vous allez pouvoir aisément définir quelles balises déclencher selon les environnements identifiés.

Exemple : sur votre Front pas besoin d’analytics poussé (dans un premier temps) l’usage de KissmetricsMixpanel ou Amplitude serait plus utile sur votre application.

Ainsi vous n’ajoutez pas tout, partout. Ceci vous permettant d’éviter lourdeurs dans le code et surtout des « dépenses » inutiles.

Si vous souhaitez aller plus loin je vous conseille de lire les ressources fournies par Segment  qui est une alternative plus que sérieuse à GTM. Si maintenant vous voulez voir ce qu’on peut faire quand on maîtrise à la perfection sa data regardez du côté de chez hull.io. Indécent.

Analytics

Maintenant que votre Google Tag Manager est en place dans tous vos modules (blog, appli, front etc…), vous allez pouvoir insérer vos analytics. Que la fête commence !

Tracking Plan

Pour que votre environnement soit clair et maintenable, je ne peux que vous conseiller de réaliser un Tracking Plan avec une nomenclature précise.

Pour vous aider, j’ai réalisé une spreadsheet qui comprend 3 onglets.

  1. Questions : L’idée est de pouvoir croiser vos différents modules et les outils d’analyses associés. Qu’est-ce qui est réalisable ? Quels sont mes KPI’s ?
  2. Tracking Plan : Une fois les bonnes questions posées, il vous sera plus aisé de réaliser un tracking plan. Diana Smith de Segment nous résume tout ça.diana h. smith @dianahsmith Tracking Plan. Name Why Properties Location Signed Up Key event for user interest, marketing c...
  3. Nomenclature : Pour que vous puissiez mettre en œuvre votre Tracking Plan il vous faudra nommer vos événements correctement.

Google Analytics

Google nous gratifie une fois de plus d’un bel outil : Google Analytics. Très utile pour identifier des données comme :

  • Source
  • Support
  • Taux de rebond
  • Conversions
  • etc…

Google Analytics devient d’un coup beaucoup moins performant lorsqu’il s’agit de faire de l’analytics user-centric. Il reste néanmoins excellent pour tous les aspects « marketing ».

En effet, Google Analytics fonctionne à la page view alors que d’autres analytics s’attachent à calculer sur l’event.

C’est ainsi que Google Analytics n’est pas le meilleur outil à utiliser pour tous les aspects funnels et autres cohortes de rétention.

Mixpanel

Quand on parle d’analytics user-centric Mixpanel n’est effectivement jamais très loin. Mixpanel est globalement très performant et vous permet d’effectuer dorénavant votre tracking sans recourir à votre Kevin local.

NB : je rédige une MAJ avec Amplitude dans pas longtemps.

Autotrack

Que ce soit sur une application web ou mobile, la fonctionnalité Autotrack développée par Mixpanel vous permettra de créer vos événements personnalisés.

Il vous suffit juste de cliquer sur votre élément et de lui donner un petit nom.

Probablement le petit nom que vous aurez au préalable défini dans votre nomenclature :p

 

Sélecteurs CSS

Autotrack va prendre en compte votre sélecteur CSS et vous indiquer si il a été cliqué ou non. Toutefois, si Kevin n’a pas inséré des id ou tout simplement changé les classes Bootstrap, Mixpanel va compter tout ceci en doublon.

#jesuisbtnlarge

Pas d’inquiétudes voici une solution qui fera très bien l’affaire.

  1. Ouvrir l’inspecteur

  2. Copier le sélecteur CSS

  3. Coller dans Custom Event

Bonus : Si vous devez fusionner plusieurs éléments rajouter une virgule à la fin de votre sélecteur. Vous pourrez ainsi créer des custom events tout en restant en mode free chez Mixpanel.

Si vous souhaitez aller plus loin avec Mixpanel & Google Tag Manager je vous conseille cette vidéo :

Hotjar & Fullstory

Hotjar & Fullstory ne sont pas des analytics communs. Même si vous y trouverez des funnels, ou des diagrammes circulaires (a.k.a. camembert) leur force principale ne réside pas, à mon sens, dans ces représentations.

Leurs fonctionnalités principales sont l’enregistrement vidéo des parcours de vos visiteurs. Ces analytics très sérieux vous permettront de comprendre ce que fait réellement votre utilisateur.

Ces outils sont à mes yeux inévitables pour toutes personnes travaillant de près ou de loin dans l’UX.

Grâce à GTM vous allez pouvoir déclencher par exemple Hotjar sur votre Home et Fullstory sur votre App très facilement et ainsi économiser vos crédits freemium.

Dashboards & reportings

Votre écosystème est en place, vos tracking ne laissent rien passer, la vie est belle. Mais il manque encore quelque chose pour être au summum du kif : la génération de vos dashboards et autres reportings.

Google Spreadsheet

J’ai réalisé une vidéo l’an dernier pour présenter un module complémentaire de Google Spreadsheet qui est plus que pratique.

Le modus operandi est le suivant :

  1. Création de vos requêtes

  2. Planification

  3. Extraction des données

  4. Tableaux croisés dynamiques

  5. Représentation graphique

Avec ça vous n’avez plus à vous soucier de l’actualisation de vos dashboards, Google s’en charge tout seul dans la nuit, comme un grand.

Toutefois attention à ne pas compiler des données échantillonnées dans vos tableaux de bords, ça ferait mauvais genre (En effet, Google Analytics a tendance à échantillonner les datas quand vous faîtes une requête trop importante).

Google Data Studio

Vous avez probablement entendu parler de cette louable initiative de Google de nous fournir encore un outil aussi beau que puissant pour visualiser nos données.

J’ai l’impression que je fais une lettre de motivation à Google…

GDS est très pratique car parfaitement synchronisable avec Google Analytics et aussi et surtout Google Spreadsheet. Grâce à cela vous allez pouvoir rapatrier dans l’interface de visualisation vos données actualisées et calculées.

Dernière fonctionnalité très appréciable, la connexion de bases SQL. Pour que Kevin soit enclin à vous donner les accès, demandez un accès en lecture, ça suffira amplement.

J’ai aussi l’occasion de tester Reeport qui est une alternative plus que solide à Google Data Studio. L’interface est particulièrement fluide et soignée.

Conclusion

La data est votre juge de paix. Sans ces précieuses données vous ne serez pas capables de faire évoluer votre produit.

L’objectif sous-jacent de cet article est donc de vous donner tous les outils, bonnes pratiques, pour que vous déployez dès le premier jour le meilleur système (gratuit) possible. Gagnez du temps et réinvestissez le dans ce qui est probablement le plus important : l’amélioration de votre compréhension utilisateur.

Les features viendront par la suite et Kevin saura quoi coder grâce à vous.

Pour t’inscrire à la newsletter c’est là :